Sélectionner une page

Il existe une multitude de buttes en permaculture. Après avoir présenté quelques types de buttes, nous vous proposons dans cet article d’en découvrir une en particulier : la butte autofertile. Cette dernière a de nombreux avantages et est selon nous la plus efficace. Alors.. Prêt pour l’aventure ?

Qu’est-ce qu’une butte en permaculture?

Définition de la butte

Le  terme « butte » en permaculture est en réalité une expression qui regroupe des techniques de jardinage visant à créer des supports de culture. Dans la majorité des cas, ces supports sont surélevés, bien que leur forme, leur taille et leur composition soient très variables. Selon les objectifs et le contexte (type de sol, climat…), on utilisera une technique différente. Encore reste-t-il à déterminer quel type de butte est le plus adapté à votre situation.

La butte fait partie des pratiques en permaculture, mais elle n’est pas une obligation. C’est une option possible, mais elle n’est en aucun cas une solution miracle.

Petits conseils

Avant la confection de votre butte, nous vous conseillons de bien réfléchir à son emplacement et à son orientation. Il y a de nombreux paramètres à prendre en compte (pluviométrie, sol, ensoleillement, vent, surface disponible…). Il faut donc savoir ce que vous souhaitez car chaque terrain et chaque projet permaculturel est unique. C’est pourquoi nous conseillons fortement de ne pas vous lancer dans la création de ce type de butte sans avoir, au préalable, fait son design global.

Les variations de buttes en permaculture

Comme mentionné ci-dessus, il existe énormément de façon de faire une butte. Nous vous proposons ici une liste non exhaustive de styles de butte que vous pouvez réaliser dans votre jardin permaculturel

  • Les buttes de cultures arrondies classiques : Ces buttes sont formées uniquement avec de la terre récupérée en creusant les allées. Elles permettent de délimiter un espace pour les cultures tout en créant un sol plus profond. Bien que cette technique soit très rapide à réaliser, la butte a tendance à s’affaisser assez vite, ce qui nécessite un entretien régulier pouvant être chronophage et énergivore sur le long terme. 
  • En mandala : Cette technique s’inspire de certaines pratiques spirituelles indiennes ancestrales. La culture en mandala est de forme circulaire et permet une grande créativité dans ses aménagements intérieurs. Attention, bien que très esthétique, cette méthode prend beaucoup de place à cause de sa forme. Si vous avez un petit terrain, on ne vous la conseille pas.
  • Spirale aromatique : cette technique a pour but de créer des microclimats et d’attirer la biodiversité. C’est, en effet, un modèle de butte permanente très pratique pour réunir sur une petite surface une grande diversité de plantes aromatiques et médicinales.
  • Lasagne : La butte de permaculture en lasagne est temporaire. En effet, elle ne tient généralement pas plus d’un an. Cette technique consiste à empiler des couches de matières organiques sur du carton. C’est l’alternance de ces couches de matières vertes (azotées) avec celle de matières brunes (carbonées) qui vont stimuler votre sol. 
  • En bac de jardinage : Les principaux avantages sont que les bacs sont surélevés (cela évite les problèmes de dos) et l’espace est délimité. Cependant, ce type de culture se pratique hors sol, ce qui signifie que les plantes ne bénéficient pas des bienfaits et des nutriments du sol. Elle peut se décliner en plusieurs techniques de buttes telles que la culture en lasagne.

Les buttes permaculturelles autofertiles

Butte autofertile : kesako ?

Dans cet article, nous nous concentrerons sur un type de butte inspiré de la technique des buttes HugelKultur du permaculteur Sepp Holzer. On dit que cette technique est autofertile car, au cœur de la butte, se trouvent des matières organiques (bois, végétaux en décomposition…) permettant de fournir aux plantes tous les nutriments et toute l’humidité dont elles ont besoin. 

  • Une butte Hugelkultur classique nécessite beaucoup de gros bois ainsi que d’autres matières organiques. La largeur recommandée par le créateur de cette technique est d’environ 1,50 m pour une hauteur de 1,50 m. Ce n’est donc pas un projet à prendre à la légère. De plus, suivant sa taille et la qualité du bois, la butte Hugelkultur peut durer plus de 15 ans. Elle est particulièrement adaptée si vous voulez planter des arbres fruitiers en plus de légumes potagers et aromates… Il faut comprendre que c’est un vrai investissement sur le long terme. 
  • Ce que nous vous proposons est une version simplifiée de cette technique : la butte autofertile. C’est un modèle réduit (en taille et en étapes) mais le principe reste le même. L’objectif est de faire une butte efficace sans pour autant se prendre la tête lors de sa confection. En effet, elle demande peu de matériaux différents et qui sont déjà présents dans votre jardin. Pour simplifier, nous pouvons dire que notre technique est le juste milieu entre la HugelKultur qui est un vrai investissement (temps, énergie, espace occupé…) et la technique des lasagnes qui, elle, est très éphémère.

La butte autofertile en Permaculture a trois objectifs majeurs   

La réalisation de buttes autofertiles en Permaculture permet d’économiser du temps et de l’énergie sur le long terme, bien qu’elle puisse sembler difficile à aménager. En effet, la zone de culture ne nécessitera aucun labour, très peu d’arrosage (sauf dans le cas d’un sol très sec) les premières années. 

Voici donc les trois avantages principaux de la butte autofertile :

Améliorer le sol ​par décomposition de bois. C’est la décomposition lente de matières organiques au cœur de la butte qui va alimenter les plantes en nutriments.    

Optimiser l’espace ​sur une petite surface. En effet, plus la butte est haute et large, plus vous aurez d’espace à investir sur le sommet comme sur les bords de la butte.            

Captation de l’humidité ​dans le bois enfouis. Cette technique assure l’humidité constante dans la butte grâce à l’effet d’éponge créé par la présence de bois à l’intérieur, dans lequel les eaux de pluie ou d’arrosage vont s’accumuler. En effet, la terre se forme surtout à partir de matière carbonée (tout comme l’humus de la forêt).        

Comment faire des buttes autofertiles en 3 étapes?

Nous allons ici vous donner les trois principales étapes afin de réaliser votre butte permaculturelle. Avant de commencer, on vous conseille de creuser une “tranchée” d’une profondeur minimum de 20 cm. Cela vous permettra de déterminer la longueur et la largeur de votre butte et de stabiliser votre installation.  

L’éponge de bois

  •  Le but de l’éponge de bois est de retenir l’humidité et d’attirer de la vie (bactéries, champignons et insectes) au cœur de la butte. Ces derniers aideront au développement de vos plantes et à la décomposition du bois. Pour être la plus performante possible, l’éponge de bois doit être principalement composée de vos plus grosses bûches (ou troncs). Brindilles, feuilles et autres matières organiques viendront combler les espaces entre les morceaux de bois. Une fois l’éponge réalisée, vous pouvez ajouter du compost, des feuilles mortes ou du gazon tondu pour attirer plus rapidement la vie dans le sol. Pour mieux visualiser, si vous renversez un seau d’eau sur votre éponge, l’objectif est que l’eau reste le plus longtemps possible à la surface (au lieu de descendre directement dans le sol).
  • Le choix du bois : Des bûches, des troncs et des branchages feront l’affaire. Faites avec ce que vous avez à disposition. N’oubliez pas cependant que le type de bois que vous choisirez aura une influence notamment sur sa durée de vie. Alors que des  bois tendres comme le peuplier, le sapin, le tilleul ou le bouleau se décomposent en 3 ou 5 années, un bois dur, lui, met plus de dix ans à se décomposer. Le charme, le chêne, l’érable, le frêne et l’hêtre en font partie. 
  • En ce qui concerne les branches et autres matières organiques, ne vous prenez pas la tête : compost, fumier, feuilles, herbe coupée, branches… Tout peut faire l’affaire. Attention : il est très important que les branchages ne dépassent pas trop de votre éponge car ils pourraient vous déranger lors du repiquage de vos semis.

La terre

Il est important de recouvrir l’éponge de bois avec au minimum 20 cm de terre. Il faut récupérer la terre que nous avions préalablement creusée pour y disposer le bois. Cela permet d’économiser l’apport de terre sur votre butte autofertile tout en profitant de la terre locale. De plus, cela permet d’éviter tout déplacement de l’éponge de bois en cas d’irrégularité du terrain ou d’intempéries.

Le paillage

Pour recouvrir la terre, nous vous recommandons de déposer au minimum 10 cm de paillage. A l’instar de la forêt, votre sol a besoin d’être protégé de l’ensoleillement trop direct et de conserver son humidité. Plusieurs techniques de paillages sont possibles. En voici quelque unes :

  • La paille ou le foin sont les paillages que nous conseillons le plus souvent si vous en avez à disposition. Ils sont durables dans le temps et permettent de protéger efficacement la terre. Attention, bien que la paille protège très bien le sol, elle peut empêcher certaines graines d’atteindre la lumière et donc, de germer. Nous vous conseillons de faire des semis en serre et de les planter dès que vos plants sont prêts. 
  •  La bâche plastique est aussi un procédé efficace pour protéger votre sol des changements de température. Cependant, du fait de sa composition, elle a tendance à mal vieillir et vous devrez la jeter. De plus, la bâche n’apporte aucun autre bénéfice à votre sol. 
  • Le paillage végétal est aussi une option. Des plantes rampantes ou à feuilles larges peuvent recouvrir le sol de votre butte autofertile. En effet, cette technique de paillage est très intéressante si vous souhaitez semer directement en pleine terre sans faire de semis en intérieur.
  • L’engrais vert, en plus d’être une bonne option de paillage, est aussi un  moyen efficace pour fixer l’azote dans le sol, élément essentiel au développement des plantes. Le principe est simple. Il suffit de faire pousser des plantes riches en azote sur une zone de culture vide où elles pourront enrichir le sol. Quand elles commenceront à se dessécher, ce sera le moment de pailler votre sol.

Planter sur une butte autofertile

Nous vous conseillons grandement de créer un microclimat sur votre butte autofertile. En permaculture, nous nous inspirons des modèles déjà existants dans la nature tels que les forêts. Vous planterez au sommet de la butte les végétaux préférant les milieux secs (thym, oignon, pomme de terre…) et en bas ceux préférant l’humidité (melon, concombre, salade…). 

De plus, il est important de planter au sommet les plantes les plus grandes ainsi que des plantes herbacées, qu’il s’agisse de plantes potagères annuelles ou vivaces. En effet, c’est l’exposition au soleil qui est primordial dans cet aménagement. Une plante ne doit pas créer trop d’ombrage sur une autre.   

Bien entendu, il est primordial de tenir compte des besoins de chaque plante (humidité, chaleur et ensoleillement) pour bien les positionner sur votre butte. Vous pouvez aussi vous amuser à faire des associations de plantes si vous le désirez.

Enfin…

Nous donnons dans cet article les clés pour réaliser une butte. Ne vous mettez pas la pression et gardez en tête que la confection d’une butte n’est pas obligatoire pour avoir un joli potager permaculturel. Les techniques de buttes restent néanmoins un outil à connaître qui peut vous aider à atteindre vos objectifs. 

Le plus important est de vous expérimenter, car souvenez-vous : c’est en se plantant qu’on devient cultivé !  

Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à nous contacter, nous sommes là pour vous accompagner.

Naturbanisme est un collectif de designer en Permaculture. Les designers en Permaculture ne sont pas des paysagistes reconnus par l’État mais sont des concepteurs d’écosystèmes humains résilients et durables dans le temps. Notre but est d’accompagner des groupes de personnes dans un processus de mode de vie plus durable, écologique, autosuffisant, tourné vers le bien-être de l’humain comme de la Nature.